Au Canada, l’aide médicale à mourir serait plus facile d’accès

0
151
Source photo: Adobe

Chronique politique et sociale diffusée sur les ondes du 1040 AM et du 1410 AM, le mardi 25 février 2020

 

Le gouvernement Trudeau dévoilait lundi sa révision de la loi sur l’aide médicale à mourir (AMM).  Par le fait même, il s’entretient avec la Cour supérieur du Québec pour obtenir un sursis de quatre mois pour débattre de ce projet de loi en chambre et l’adopter officiellement.

Essentiellement la nouvelle loi sur l’AMM si elle était adoptée intégralement:

  • Ne donnerait pas l’accès du régime aux mineurs matures
  • Mettrait de côté l’obligation d’être en fin de vie pour obtenir l’aide médicale à mourir.
  • N’aurait plus de critère de « mort raisonnablement prévisible »
  • Prévoirait que l’AMM sera interdite aux patients dont la maladie mentale est la seule raison invoquée
  • Permettrait à des malades d’obtenir la mort qu’ils avaient réclamée même si, dans l’attente de l’administration de celle-ci, ils perdent la capacité de donner un consentement final
  • Prévoirait un délais de 90 jours entre le moment où un malade non mourant fait sa demande et l’exécution de celle-ci
  • Abolirait le délai de dix jours qui devait séparer une demande et son exécution.  Ainsi, la seule situation où la mort ne sera pas donnée telle que demandée est si le malade manifeste par des « paroles, sons ou gestes » son refus qu’on lui donne la mort.

Selon le journal Le Devoir: “Si la prolongation est accordée, alors la loi actuelle continuera de s’appliquer partout au Canada, y compris au Québec. Inversement, si elle n’est pas accordée, le jugement invalidant le critère de fin de vie s’appliquera au Québec, mais pas dans le reste du pays.”

Selon le Collège des médecins du Québec, la pénurie de médecins en soins palliatifs aurait forcé certains patients à se tourner vers l’aide médicale à mourir.  Donc, au lieu de régulariser la situation, le gouvernement préfère donner la mort sur demande aux patients qui souffrent plutôt que d’alléger leurs souffrances jusqu’à la fin de leurs jours.

J’en ai discuté avec Jean-Ernest Pierre, l’animateur de l’émission Billet de retour diffusée sur les ondes de CJMS \ 1040 AM et de CPAM \ 1410 AM.

Merci de nous faire part de vos commentaires en bas de l’écran dans l’espace réservé à cette fin.

Éric Lanthier, chroniqueur politique et social

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here