CONFINEMENT- L’écoute est un art qui sera bientôt très recherché

0
234
Source photo: Pch Vector et Freepik

Le mercredi 8 avril 2020

Cet article a été initialement publié sur les pages de l’Alternative médiatique: Québec nouvelles.

Se sentir écouté est un des remèdes contre l’anxiété. Il sera de plus en plus en demande dans les prochaines semaines.

L’anxiété est une tendance à autogérer son stress, à l’exagérer même ou à anticiper à l’excès un malheur avant qu’il n’arrive. L’isolement auquel nous sommes tous obligés exacerbe à coup sûr, surtout chez certaines personnes, l’anxiété que provoque ce si petit ennemi qui ne cesse de gagner des victoires à la grandeur de la planète. Or, l’Association canadienne pour la santé mentale affirme que « […] trop de temps passé seul peut permettre le développement des inquiétudes et des angoisses ». De surcroît, la littérature sur le sujet démontre que non seulement l’écoute améliore l’état de bien-être, elle aide aussi à diminuer le rythme cardiaque, le stress et l’attention portée sur le moment présent.

Écouter s’apprend

Écouter son prochain est une marque de respect et de considération envers lui, qui est même essentielle en temps de crise, mais, avouons-le, il n’est pas donné à tous de savoir écouter. Par contre, cet art se développe, il s’apprend. En fait, Colette Portelance définit fort bien ce qu’est l’écoute. Elle la définit comme étant l’art de mettre de côté nos propres préoccupations pour prendre le temps d’accueillir et d’accepter l’autre dans une attitude d’attention chaleureuse. L’écoute active est un art qui requiert quelques habiletés fondamentales qui se développent au fil du temps. Elle exige non seulement de l’empathie envers l’autre, mais aussi de savoir comment réagir à l’information et au vocabulaire que celui-ci communique. Elle nécessite également d’éviter de ramener la conversation vers sa propre expérience. Certains ont une habileté innée à écouter, d’autres ont dû l’apprendre. Il n’en demeure pas moins que l’art d’écouter est fondamental.

Écouter et comprendre

Sentir que quelqu’un se préoccupe de ses soucis est précieux pour la personne qui vit de l’anxiété, parce qu’elle a l’impression que son interlocuteur comprend que ce qu’elle vit n’est pas insignifiant. Plusieurs plateformes confirment que le recours à un confident ou une confidente aide significativement à réduire son niveau de stress. Le fait d’en parler permet d’évacuer une bonne partie de son stress et de se sentir compris.

L’augmentation de la demande

En vérité, « […] l’anxiété peut être provoquée par un manque d’interactions humaines ». La crise actuelle laisse entrevoir que le besoin d’être écouté se fera sentir de plus en plus chez un grand nombre de personnes. Alors, attendons-nous à une plus grande demande d’écoute dans les prochains jours. Ceux qui sont reconnus pour leur capacité d’écoute, leur empathie et leur attitude sans jugement doivent s’attendre à être sollicités plus que jamais. Les mieux nantis seront prêts à payer pour être écoutés; les autres se tourneront vers leur entourage, ou les ressources de l’État ou les services communautaires.

Les plus à risque

Par ailleurs, il ne sera pas surprenant de voir de plus en plus d’hommes vivre des périodes dépressives. Pourquoi? Parce que la littérature révèle qu’ils sont moins enclins que les femmes à aller chercher de l’aide, et encore moins, si c’est leur conjointe qui la leur propose. Parmi eux, ceux qui sont les plus à risque, sont ceux qui aspiraient à devenir des super-héros.

Un besoin universel

Que l’on soit un homme ou une femme, nous avons tous besoin de nous sentir écoutés parce que parler relève d’un besoin inhérent à tout être humain. Ce n’est pas en vain que des centres d’écoute et des lignes d’écoute sont mis en place pour aider les gens à surmonter les moments difficiles de leur vie.

Que ce soit les services offerts par Tel-aide, Tel-jeune, 1-866-Appelle, Cause pour la cause, J’aime mon voisin, toutes ces instances témoignent que parler aide une multitude de personnes à évacuer leur stress et à diminuer leur niveau d’anxiété, parce que parler va même jusqu’à sauver des vies.

François Legault prend les devants

Ce n’est pas par hasard que notre premier ministre s’est adressé à la population en formulant cette demande :

« Aujourd’hui, je veux passer un message spécial pour les personnes qui sont isolées, les personnes qui sont seules. C’est normal que ça soit difficile à vivre et c’est pour ça que je demande aujourd’hui à toutes les personnes qui ne sont pas seules, qui ont la chance d’avoir un conjoint, une conjointe, de la famille, des parents, des enfants : “S’il vous plaît, appelez une personne seule aujourd’hui.” Donnez-vous ça comme tâche, là, comme responsabilité. Je le disais à mes deux gars hier : Appelez votre grand-mère, elle va être contente. C’est aussi simple que ça, là, si tout le monde appelle une personne seule aujourd’hui, je pense que ça va faire du bien à beaucoup de Québécois. »

François Legault sait très bien que le niveau d’anxiété de beaucoup de citoyens atteindra bientôt son sommet et que le besoin d’évacuer cette anxiété sera primordial.

Conscient du besoin, notre premier ministre fait appel au sens du devoir et à l’empathie de chacun. Offrir du temps pour écouter est certainement le plus beau cadeau que l’on peut offrir à quelqu’un en ce temps de confinement.

Quand l’art rencontre le besoin

Comme le disait si bien Johann Wolfgang Von Geothe : « Parler est un besoin, écouter est un art. » Cet art sera de plus en plus en demande en ces jours sombres, mais est-ce que l’offre sera au rendez-vous? Telle est la question!

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here