Fini l’axe gauche-droite, on passe à l’ère des “enracinés” et des “déracinés”

0
163
Source photo: #jeshootscom et #pixabay

 

Richard Martineau citait récemment un journaliste britannique David Goodhart.  Il est l’auteur du livre The Road to Somewhere : The Populist Revolt and the Future of Politics, publié en 2017.  Dans cet ouvrage, ce journaliste affirme que l’axe gauche-droite est dépassé, il est maintenant question de l’axe « enracinés » et « déracinés ».

Selon Martineau, les « déracinés » croient faire partie de l’élite mondialiste parce qu’ils se sentent partout chez eux, considérant le pays où ils habitent comme un hôtel.  Pour ceux-ci, le passé, l’histoire, l’identité, les valeurs nationales, n’ont pas de valeur.  Qu’ils proviennent de Tokyo, de Madrid, de New York ou de Paris, ils revêtent tous la même posture.

De leur côté, les « enracinés » proviennent de quelque part.  En fait, le maintien de leurs valeurs et de leur identité sont des non négociables.  Leur langue, leur culture et leur patrimoine leur sont chères.

Bref, c’est essentiellement ce qu’explique le chroniqueur du Journal de Québec.

J’en ai discuté avec Jean-Ernest Pierre, l’animateur de l’émission Billet de retour diffusée sur les ondes de CJMS \ 1040 AM et de CPAM \ 1410 AM.

Merci de nous faire part de vos commentaires en bas de l’écran dans l’espace réservé à cette fin.

Éric Lanthier, chroniqueur politique et social

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here