Le burkini : pour le libre choix

0
375

Source imagehttps://www.flickr.com/photos/rfgroup/4947032610/

par Éric Lanthier

Toute femme devrait avoir le droit de le porter si tel est son choix puisqu’il ne nuit à personne.  L’interdiction du burkini démontre encore une fois la suprématie de l’État sur la liberté individuelle. 

 

L’intégrité physique des baigneurs n’est pas compromise lorsqu’une femme porte un burkini.  Si des politiciens osent l’interdire ce n’est ni par souci de modestie, ni par intérêt pour l’élégance mais strictement pour des raisons de conviction religieuse.  Les seules mobiles qui devraient pousser l’État à encadrer le port d’un vêtement est si la sécurité des gens concernés est en danger ou si les autorités veulent valider l’identité d’une personne. En dehors de ces raisons le port du burkini ne devrait pas être interdit.

 

Savoir-vivre et hygiène

À mon avis, l’État devrait davantage se pencher sur l’éducation des citoyens dans les lieux publics que sur une pièce de vêtement.  Il est plus important d’apprendre aux gens à jeter leurs déchets au bon endroit que d’interdire un vêtement qui ne menace en rien la sécurité des baigneurs.  Par ailleurs, sur le plan de l’hygiène, le burkini fait l’effet d’un bonnet de bain, il préserve un bon nombre de cheveux de se répandre dans l’eau.  Si un jour, on interdisait le burkini dans les piscines, devrait-on interdire le port du bonnet de bain?

 

Enjeu idéologique

Certains diront qu’à la différence du bonnet de bain, le burkini est porté non pour des raisons d’hygiène mais pour des considérations reliées à la pratique religieuse de certaines fidèles islamiques.  Si tel est le cas, que l’État laïc ne se mêle pas de ça puisque c’est devenu un enjeu idéologique.  Dans un état laïc, la religion de l’athéisme ne doit pas avoir suprématie sur les religions à caractère théistes.

 

Droit fondamental

Chaque citoyen devrait être en mesure de s’identifier à une religion dans l’espace publique, c’est le droit fondamental de tous les êtres humains.  Être privé de ce droit nuit à la conscience de ces femmes qui veulent librement se baigner en toute quiétude d’esprit.  On reproche à certains pays musulmans d’être intolérants envers les non musulmans, pourquoi l’Occident ferait ce qu’on leur reproche.  Le propre de l’Occident est de démontrer que la liberté de religion, la liberté d’expression et la liberté de conscience sont des droits fondamentaux intouchables et inviolables.

 

Le monde à l’envers

Qu’elle soit de foi athéiste ou de foi théiste, chaque personne peut s’habiller comme bon lui semble en autant qu’elle respecte les règles de pudeur qui incombent à la vie en société.  D’une part, on veut interdire à ceux qui tondent les pelouses de se couvrir le torse mais, d’autre part, on veut que les femmes se départissent de leur burkini.

 

Par ailleurs, sur les plages de France, on tolère les femmes aux seins nus et en même temps, on veut leur interdire de se couvrir d’un burkini.  Cet écart de modestie démontre que l’enjeu est philosophique et non éthique.  Il s’agit d’une interdiction basée sur un système de pensée qui est imposée à la multitude.  Ainsi, dans ce genre de culture, tous doivent adhérer au courant, sinon, c’est la répression.  Est-ce le genre d’Occident que l’on recherche?  Loin de là!..

 

Pour lire la suite, cliquer: ICI!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here