Les devoirs à la maison ou un renouveau en éducation

0
301

Source imagehttps://pixabay.com/en/children-studying-togetherness-boys-286239/

par Éric Lanthier

L’abolition des devoirs à la maison peut générer un sain renouvellement de notre machine éducative ou, encore une fois, il peut contribuer à l’instauration d’un nouveau système mur-à-mur.

 

Tendance à l’uniformisation

La tendance québécoise est d’uniformiser les bonnes idées plutôt que de les exploiter pour motiver les élèves.  Il est plus facile de gérer un ensemble lorsque tout se vit de la même façon.  Parallèlement, lorsqu’on organise un souper pour un groupe, c’est plus simple de préparer du spaghetti pour tout le monde que d’offrir trois menus, c’est évident.  De la même manière, si une école ne veut pas donner de devoirs aux élèves, ça ne prendra pas de temps que l’ensemble du système va emboîter le pas.  Au Québec, on veut que tout le monde bénéficie d’une bonne idée, sans discernement et sans en calculer nécessairement l’impact sous toutes ses coutures.   Dans les années 90, Montréal avait un problème avec les Commissions scolaires confessionnelles, on a uniformisé le système complet et ce, même si tout allait bien dans les autres régions du Québec.

 

Importance des devoirs

Les devoirs sont importants parce qu’ils font partie intégrante de la démarche pédagogique.  L’apprentissage suit un parcours qui débute par l’introduction de la nouvelle notion, où l’enseignant fait connaître le nouveau concept.  Ensuite, l’enseignant amène l’élève à en faire l’acquisition.  Pour y parvenir, il doit l’amener à faire des exercices.  Après avoir fait des exercices supervisés, l’élève doit démontrer qu’il a assimilé le nouveau concept.  Les devoirs deviennent des éléments clés vers l’autonomie de l’apprenant.   Dans la majorité des cas, ce sont les devoirs qui ont contribué à consolider ses apprentissages.  Lorsqu’il réussit ses devoirs,  l’élève est prêt à démontrer qu’il a appris, via une évaluation.  Les devoirs ont donc leur place dans notre système éducatif.

 

Réinventer les programmes scolaires

L’abolition des devoirs à la maison pour les remplacer par un renforcement en lecture et en leçon n’est pas une mauvaise idée en soi.  Cependant, plutôt que d’abolir systématiquement les devoirs, comme le font certaines écoles, le ministre de l’éducation devrait prendre cette balle au bond et en profiter pour réinventer le système scolaire québécois.  Dans le nouveau système, les devoirs ne devraient pas être abolis.  Ils pourraient plutôt être gérés différemment.

 

Dans une ère où la technologie est au premier plan et que la société bouge à une vitesse étourdissante, il est important de réinventer l’école.  À mon avis, l’école du 21e siècle doit s’adapter à ses clientèles.  C’est pourquoi il est judicieux qu’on retrouve le programme de base, le programme enrichi et le niveau international.  Le programme de base aurait pour finalité d’emmener l’élève à être fonctionnel dans la société actuelle.  Il apprendrait à lire, à écrire, à bien s’exprimer oralement, à établir un budget et à faire des choix économiques sensés, à se préparer à l’achat d’une voiture et d’une maison, etc.  À la fin de son parcours, il serait préparé à se trouver un emploi selon ses capacités.  Ce programme offrirait des formations de base et des métiers.  Par exemple, à la fin du parcours, à 17 ans, un élève de ce programme pourrait être formé pour être un caissier, un concierge, un garde de sécurité ou être qualifié pour exercer un métier : plombier, électricien, menuisier, etc.  Dans un programme enrichi, il serait préparé à faire une technique collégiale ou se diriger vers un programme universitaire.  Tandis qu’au niveau international, ce serait un programme qui compétitionnerait avec les meilleures écoles privées du monde entier pour des programmes universitaires de niveau supérieur : médecin, avocat, scientifique, etc.  Dans ces trois parcours, les devoirs ne se feraient plus à la maison mais à l’école et ce seulement pour ceux et celles qui ont besoin d’en faire.

 

Devoirs adaptés

À mon avis, les devoirs devraient se faire à l’école et non à la maison.  Pour y parvenir, les élèves devraient rester à l’école jusqu’à 16 h 30.  Ce rajout aurait deux visées : …

 

POUR LIRE LA SUITE, SVP CLIQUER: ICI!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here