L’union des forces de droite s’avère incontournable

1
283
Source photo: https://pixabay.com/en/arrows-centre-central-four-762190/

par Éric Lanthier

Source image: Pixabay

Sans une union des forces de droite, l’avenir de la CAQ se résumera à une coalition d’arrière banc.

Les résultats de l’élection partielle de juin ont démontré que la division entre la Coalition Avenir Québec (CAQ), le Parti Conservateur du Québec (PCQ) et l’Équipe Autonomiste (ÉA) a favorisé l’élection du Parti Libéral du Québec (PLQ) dans Chauveau. Par contre, si ces trois partis d’opposition avaient fusionné avant les élections, ils auraient été seulement à 660 votes de la victoire.

Sous la bannière de l’Action Démocratique du Québec (ADQ), Mario Dumont avait réussi à damer le pion au Parti Québécois sur la question identitaire et à égratigner le Parti Libéral sur le plan économique. De plus, se montrant comme le parti de la famille, l’ADQ avait réussi à former l’opposition officielle en 2007. Réclamant à la population de reprendre le pouvoir «les deux mains sur le volant», Jean Charest a poussé Dumont à céder sa place à la relève. Succéder au fondateur d’un mouvement d’opposition n’a pas été facile. Bien au contraire, trois ans après le départ du chef adéquiste, le parti de Jean Allaire s’est vu se dissoudre dans l’arc-en-ciel caquiste. L’ADQ se fondait dans la Coalition de François Legault. Trop social-démocrate au goût de certains, pas suffisamment identitaire au goût des autres, les mécontents ont quitté le navire adéquiste pour former leur propre parti politique. Les résistants antiétatiques ont réactivé le Parti Conservateur du Québec (PCQ) tandis que les partisans d’un Québec plus indépendant au sein d’un Canada décentralisé ont formé l’Équipe Autonomiste (ÉA).

La fusion de la CAQ avec le PCQ et l’ÉA pourrait générer une nouvelle dynamique et redonner de l’énergie au deuxième parti d’opposition. Sans cette fusion, la droite nationaliste québécoise figurera toujours parmi les tiers partis. Nous l’avons vu au fédéral, tant que la droite ne s’est pas unie, les Libéraux ont régné en roi et maître. Par contre, de 2004 à 2006, les rouges ont été ébranlés par une droite unifiée.

Lire la suite en cliquant: ICI!

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here