Une députée s’oppose aux interruptions volontaires de grossesses sexo-sélectives

0
179
Source photo: Master 1305 et Freepik

 

Une interruption volontaire de grossesse sexo-sélective est une opération qui vise à mettre un terme à une grossesse parce que le sexe de l’enfant ne correspond pas aux désirs des parents.  Cathay Wagantall, la députée de Yorkton—Melville en Saskatchewan a déposé un projet de loi privé pour que les médecins qui procèdent à ce type d’avortement puissent être poursuivis au criminel.

Ce n’est pas la première qu’on débat du sujet à la Chambre des communes.  En Ontario, cette pratique est utilisée particulièrement par les mères d’origine Indienne.

Selon l’Associated Press, en 2018, on estime qu’il manquerait 63 000 000 de femmes en Inde en raison des avortements sexo-sélectifs.

J’en ai discuté avec Jean-Ernest Pierre, l’animateur de l’émission Billet de retour diffusée sur les ondes de CJMS \ 1040 AM et de CPAM \ 1410 AM.

Merci de nous faire part de vos commentaires en bas de l’écran dans l’espace réservé à cette fin.

Éric Lanthier, chroniqueur politique et social

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here