L’article du jour: “Marcel Gauchet : «La masculinité est passée de l’évidence à une mise en doute systématique»…”

0
152

Photo: Wikimedia

SOURCEMarcel Gauchet : «La masculinité est passée de l’évidence à une mise en doute systématique»

” GRAND ENTRETIEN – L’historien et sociologue analyse la «nouvelle immaturité masculine» qui résulte de l’avènement d’une société égalitaire où la différence des sexes est brouillée et où la domination masculine n’existe plus.

La revue Le Débatconsacre son numéro 200 au «masculin en révolution». L’occasion d’interroger l’historien et sociologue sur les enjeux contemporains du féminisme, à l’heure de la révolution #MeToo. Pour Marcel Gauchet, la domination masculine n’existe plus, et les inégalités qui subsistent encore ne sont que le reliquat d’un héritage historique qui a perdu ses bases. Il analyse la «nouvelle immaturité masculine» qui résulte de l’avènement de cette société égalitaire où la différence des sexes est brouillée. La montée de l’autorité maternelle et la féminisation des métiers de la transmission ont pour revers un alignement de la sexualité sur les critères masculins, dont la pornographie est l’expression extrême. Face à ces nouveaux défis, il nous faut réinventer le commerce entre les sexes.

 

LE FIGARO. – Pourquoi avoir consacré un dossier de la revue Le Débat sur «le masculin en révolution»?

Marcel GAUCHET. –On ne peut être indifférent au changement anthropologique en train de se jouer sous nos yeux: la nouvelle place des hommes, dans un monde où la séparation des sexes ne fonctionne plus. L’attention publique se concentre très normalement sur la montée en puissance des femmes à tous les niveaux ou sur les inégalités persistantes dont elles sont victimes. Mais comment cette «révolution du féminin» pourrait-elle ne pas affecter l’autre sexe? La mutation n’est pas moindre de ce côté-là. La masculinité est passée d’un système d’évidences à une mise en doute systématique. La division de l’humanité en deux sexes était quelque chose qui allait de …

Cet article est réservé aux abonnés. 85% reste à lire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here