Les élèves doués ont aussi besoin de services

3
142
Source photo: Source image : Harishs et Pixabay

 

Le vendredi 19 juin 2020

Le Tour d’horizon est diffusé sur les ondes du 92,7 FM \ Ottawa-Gatineau tous les vendredis à 17 h 15 et en tout temps sur YouTube

Les boucliers se lèvent parce que le gouvernement de la CAQ s’apprête à investir 9 millions de dollars pour créer des classes destinées aux élèves doués. Si, au Québec, on est fier de Céline Dion, de Robert Lepage, de Mario Lemieux et de Couche-Tard c’est parce qu’ils ont su faire preuve de dépassement…

Je crois que l’école a intérêt à mettre en valeur le dépassement au travers des écoles à projet particulier pour tous, des écoles pour les élèves réguliers, des écoles pour les élèves doués et des classes spécialisées pour chaque problème d’apprentissage…

C’est ce dont j’ai parlé dans le cadre du Tour d’horizon du 19 juin 2020, diffusé sur le 92,7 FM à 17 h 15.
 

 
Merci de nous faire part de vos commentaires en bas de la page dans la case réservée à cet effet.

 

Éric Lanthier, commentateur politique et social

3 Commentaires

  1. P. S. Ah, cette interminable canicule ! Qui m’a fait oublier (de mentionner) LA Raison principale de ce pourquoi c’est « comme ça » au beau pays du Québec.

    À cause des (‘maudits’) syndicats, encore ? Oui, en partie, mais fort peu, comparé à…

    Comparé à ?

    Comparé à ce pourquoi on retrouve, trop souvent, la même cause première de certains problèmes chez nous:
    la population…

    Comment se fait-il, en effet, qu’et les petits enfants et les aîné.e.s d’âges avancés soient moins bien considérés ou traités au Québec qu’en une multitude d’autres contrées? À cause de DPJ, de CHSLD? Non. À cause de la ‘population’.

    C’est là la même entité présidant à la fin de non-recevoir échoyant aux doué.e.s en Éducation. « On » n’aime pas (ce) qui ‘dépasse’ au Québec. C’est mal vu. Voilà un fait sociologique prosaïque, typique du Québécois, de la Québécoise… – type. Pas besoin d’être très très très doué.e, pour que ç’achoppe, si vous êtes ou faites « bien ». Suffit de déployer un bon/bien parler, et, déjà, ça pourrait ne pas ‘passer’, se retourner contre vous.

    Alors, voilà, là, c’est dit. Vous savez tout. Maintenant. Notamment pourquoi la douance, ç’a jamais ben ben pogné au Québec. Quoiqu’il y ait une école (Fernand-Séguin) qui ferait place ou donnerait une chance au phénomène.

  2. J’ai toujours été intéressé à cette question – de la douance en Éducation.

    J’ai eu la chance d’avoir comme prof le premier président, je crois, de Douance Québec. Qui n’était pas un ‘proche ami’ d’Albert Jacquart*… (ni moi non plus d’ailleurs). Je ne me souviens que trop bien, en effet, à quel point celui-ci vilipendait la notion (le concept) même de douance, qu’il qualifiait d’«épouvantable»…

    N’empêche…

    La douance étant une réalité, lorsqu’on ne veut pas accueillir et « s’occuper » d’élèves doués comme tels, tels qu’ils sont, eh bien, alors, cette éducation n’est PAS adaptée** à elles et eux. Ce n’est pas plus «correct» d’ignorer cette réalité, de faire comme si elle n’existait pas, que le serait d’ignorer les enfants en difficultés d’apprentissage. Car…

    Les [‘sur’]doué.e.s sont, en fait, des handicapé.e.s par-le-haut. Ni plus ni moins. En omettant de répondre à leurs besoins, on risque de les mener directement au décrochage (pas ben ben «productif», ça); alors qu’en leur laissant ou faisant une place, adaptée, on peut (faire) bénéficier de leurs talents ou ‘services’ (immédiatement ou plus tard).

    Par ailleurs, enfin, l’excellent Guy Rocher vient d’accorder une entrevue*** en laquelle il déplore, éploré…, le gâchis du système à trois vitesses de l’Éducation au Québec. « L’élite québécoise sauve l’élite québécoise aux dépens d’une partie de la population ». Quoique, disant cela, ce n’est pas la question des aptitudes particulières ou déficits d’apprentissage différenciés qu’il décrie; mais bien plutôt l’opposition privé-public, qui aurait crû au lieu de disparaître ou s’atténuer, afin de n’avoir qu’UNE approche/philosophie éducative, pour tou.te.s, également…

    « À chacun.e selon ses besoins; de chacun.e, selon ses capacités » ?… Intellectuellement, à défaut de socio-économiquement, ce serait bien là la moindre des choses, la plus… ‘intelligente’ en tout cas.

    * https://cdc.qc.ca/prospectives/24/breton-24-2-1988.pdf

    ** https://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/200911/20/01-923592-tourner-le-dos-aux-surdoues.php

    *** https://www.lapresse.ca/actualites/education/2020-06-20/l-ecole-a-trois-vitesses-a-cause-un-gachis-humain

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here