L’impact de la polygamie sur les enfants

1
50
Source photo: Adobe

par Éric Lanthier

Dans une société qui se distance de ses repères, un certain nombre de Canadiens croient que nous avons atteint une étape de notre développement collectif où nous devons offrir à nos enfants un autre type de modèle parental, la polygamie.

Un bon nombre de Québécoises s’y objectent parce qu’elles voient dans ce type de ménage une façon pour l’homme de montrer sa suprématie. En aval, ce sont les femmes qui écoperaient de cet abus de pouvoir. C’est vrai! Et que dire aussi de l’impact de ce choix familial sur les enfants?

Les conséquences

Il y a moins d’une décennie, Louise Beaudoin reconnaissait que la polygamie engendrait des répercussions sociales dramatiques chez les enfants. Depuis ce jour, peu de choses ont changé. Effectivement, la vie affective entre les membres de ces ménages était caractérisée par des rivalités de toutes sortes. À cause de la haine et de la concurrence entre les épouses, les couples polygames privent leur foyer de sa tranquillité et de sa stabilité.

Un autre élément déplorable lié à la polygamie est l’isolement. À cause de son illégalité au Canada et du fait qu’elle est mal perçue par la majorité des citoyens, la polygamie amène plusieurs familles à s’isoler pour ne pas être reconnues comme des familles polygames. Pour sa part, Yolande Geadah soutient que l’arrivée d’une nouvelle épouse, souvent plus jeune et plus désirable, génère, dans le couple élargi, de grandes tensions qui entraînent des conséquences non négligeables et même désastreuses auprès des enfants : abus, violence, voire même sévices sexuels. Ainsi, la santé et la sécurité des enfants qui proviennent de ces familles sont plus à risque et menacées.

L’expérience de la France

En France, où ce type de vie conjugale est interdit depuis 1993, on remarque qu’un certain nombre d’enfants qui en sont issus vivent dans des conditions précaires. Selon Sonia Imloul, c’est le cas en raison du fait que le nombre de mères dans un foyer augmente proportionnellement la quantité d’enfants [qui] prolifère en conséquence. Ces derniers sont réduits à vivre dans un foyer où l’espace pour chacun se restreint à mesure que le nombre d’enfants augmente. Cet état des choses a des répercussions sur leur sommeil, leur hygiène et leur développement cognitif. Résultat : ils souffrent d’échec scolaire précoce et de troubles psychologiques.

Le recrutement à l’internationale

La polygamie ne fait pas que des victimes au sein des familles à épouses multiples. Ce phénomène social a des répercussions chez les jeunes filles issues de familles monogames. Selon un rapport publié par le ministère de la Justice du Canada, la traite des jeunes filles est en partie stimulée par la demande provenant d’hommes polygames. Effectivement, certaines communautés s’organisent pour se procurer, contre rémunérations, des jeunes filles pour les unir à des hommes polygames. Même si celles-ci ne proviennent pas nécessairement de familles polygames, elles sont recrutées pour satisfaire la demande de mâles polygames.

Édifier avant d’ajouter

En fin de compte, la littérature révèle que la polygamie nuit au développement des enfants qui en sont issus. Avant d’ouvrir la porte à un libre recours à cet autre modèle familial, l’État devrait aider davantage les couples monogames existants qui ont de la difficulté à vivre ensemble. Il serait socialement plus profitable d’édifier les familles monogames en quête de stabilité que d’intégrer un autre modèle qui occasionne vraisemblablement des conséquences déplorables. Si l’État cherche véritablement le bien-être des enfants, il doit distribuer le maximum de ressources en vue de fortifier les familles traditionnelles avant de permettre l’émergence d’un autre modèle familial aux conséquences douteuses.

En tant que société, cherchons à donner un environnement stable, chaleureux et aimant à nos enfants. Puisque ce modèle polygame ne semble pas répondre à ces objectifs, dotons-nous d’une société où papa et maman seront enclins et bien disposés à donner le meilleur d’eux-mêmes à leurs enfants.

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here