Occidentalisation, multiculturalisme ou mise en valeur du patrimoine

0
36
Source: Wikipedia et Marc Lautenbacher

Les identitaires font la promotion des valeurs occidentales tandis que les multiculturalistes ne mettent pas l’identité québécoise au cœur de notre culture commune. Ainsi, aucun ne revendique notre patrimoine. Pourtant, la majorité des Québécois tiennent à ce que le crucifix demeure au Salon bleu.

Québec solidaire opte pour un multiculturalisme où les valeurs individuelles sont au premier plan. Conséquemment, il s’oppose aux valeurs communautariennes en rejetant les subventions aux écoles confessionnelles et les avantages fiscaux aux institutions religieuses. De leur côté, les libéraux provinciaux privilégient également le multiculturalisme, mais y intègrent la protection des droits confessionnels, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti québécois (PQ) veulent que le Québec se détache de son patrimoine pour adhérer de plus en plus aux valeurs occidentales. Deux pôles, alors, se distinguent, tout en partageant une finalité commune : distancer les Québécois de leur patrimoine.

Une valeur d’égalité

Le multiculturalisme distance les Québécois de leur patrimoine puisqu’il attribue une valeur égale à chaque culture. Pour eux, les fêtes de Noël, de Pâques, de l’Action de grâces, de la Hanouka et du Ramadan sont toutes au même rang. Ils ne se soucient nullement de la culture québécoise et de son patrimoine. En fait, il n’est qu’un élément parmi tant d’autres. Si tous les Québécois de toute culture étaient respectés et qu’en retour, on leur demandait de respecter le patrimoine québécois, il s’installerait sans conteste une paix sociale, et le gouvernement pourrait plutôt se préoccuper d’améliorer l’accès aux soins de santé, de contrer le décrochage scolaire et l’intimidation dans les écoles, etc.

Évacuer la visibilité de nos symboles

De leur côté, les laïcistes identitaires prônent un Québec laïc où l’État se distance de tout le domaine religieux, à l’exception, toutefois, de la foi athéiste. Ce ne sont pas les multiculturalistes qui s’opposent principalement au crucifix à l’Assemblé nationale du Québec; en fait, ce sont principalement les laïcistes identitaires qui y sont farouchement contre. En vérité, ils veulent évacuer de l’espace public tout ce qui est en lien avec la transcendance, qu’il s’agisse de notre patrimoine ou non. Ils concèdent tout de même que nos symboles religieux fassent partie de nos musées et de nos livres d’histoire, point à la ligne. Ils refusent catégoriquement qu’ils soient visibles sur la place publique.

Que dit la majorité?

Par contre, la majorité des Québécois voient d’un bon œil que le crucifix demeure dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale du Québec. Un choix tout à fait prévisible, car l’être humain a horreur du vide.

L’occidentalisation du Québec

Comment peut-on alors défendre notre identité québécoise si l’État projette de laïciser systématiquement notre patrimoine? Plus le Québec se laïcise, plus il s’occidentalise. Plus il s’occidentalise, moins il développe une fierté vis-à-vis son identité et son patrimoine. C’est le cercle vicieux dans lequel le Québec est plongé depuis 2007. En fait, ceux qui se disent identitaires se collent aux valeurs occidentales et non à ce qui distingue le Québec des autres nations occidentales.

Inévitablement, plus les nations s’occidentalisent, plus elles se ressemblent. Sans notre patrimoine propre, qu’est-ce qui distinguera les mœurs et les valeurs des Montréalais, de celles des Parisiens ou de celles des citoyens d’Amsterdam? En prônant l’évacuation de notre patrimoine de la place publique, les identitaires veulent que Montréal ou Québec ressemblent de plus en plus à Paris ou à Amsterdam. À quelle identité se rallient-ils? À la culture des grandes villes occidentales.

L’enjeu de la décennie

Pendant 40 ans, le débat central, au Québec, tournait autour de l’axe fédéraliste-souverainiste. Au cours des dernières années, il s’est tourné vers l’axe gauche-droite. À partir d’aujourd’hui, le retrait du crucifix au Salon bleu de l’Assemblée nationale et le rejet de notre patrimoine nous indiquent que le débat tournera autour d’un Québec occidentalisé ou d’un Québec multiculturaliste. Au lieu d’être fiers de notre histoire et de nos héros, et de mettre en valeur les symboles, les chants et les célébrations qui ont marqué notre nation, les laïcistes identitaires veulent qu’elle ressemble de plus en plus aux sociétés occidentales contemporaines qui se construisent sur les modes, les marques populaires, le divertissement et un contrôle de l’État en matière de croyances. Plus les laïcistes identitaires revendiqueront un Québec occidentalisé, plus les Québécois perdront de vue tout ce qui les distingue des autres nations occidentales.

Vivre dans le respect

Ce que les Québécois doivent rechercher, c’est de vivre dans le respect à la fois de leur patrimoine et de la diversité. C’est ce que représente le crucifix dans le Salon bleu de l’Assemblée nationale. Il nous rappelle nos origines sans enfreindre la liberté de chacun de s’exprimer en fonction de sa conscience et de ses croyances. Il inspire le respect du passé et témoigne de l’acceptation de la diversité. C’est pourquoi, j’aurais aimé que notre gouvernement, dans son discours et ses décisions, représente le Québec dans son histoire, ses symboles et son patrimoine. Même si la majorité des Québécois pensent comme moi, encore une fois, notre gouvernement nous imposera sa façon de penser…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here